Amour


Amour et violence se transmettent de génération en génération

« Comment amour et violence se transmettent de génération en génération »

« Parents attention ! Tout ce qui vous insupporte chez les autres et chez vos enfants vous renvoie à ce que vous avez subi vous-même étant enfant… brisez le cercle vicieux : cessez de taper, humilier, critiquer, juger, orienter, ignorer ou de vous substituer à vos enfants. (oui, tout ça). Un enfant ne fait pas « exprès » de faire des bêtises ou de ne pas comprendre, il est vivant c’est tout. N’essayez pas de contraindre « la vie », Aimez-la.

Accompagnez-les sur leur chemin : ce qu’ils sont est déjà en eux, votre seul rôle est de les aider à le découvrir (en écoutant leurs émotions, ce qu’ils aiment ou non), et non d’essayer de les conformer à la norme sociale ou à vos désirs de tranquillité. N’essayez pas de contraindre « la vie », Aimez-la.« 

Pour en savoir plus, renseignez-vous sur l’éducation positive.


Comment changer le monde ? 2

Les ressources de la planète sont suffisantes pour satisfaire humblement aux besoins vitaux de chacun, l’amour est la seule chose qui grandit quand on la partage, et l’homme – doté de conscience – est capable d’évoluer. Qu’attendons-nous donc pour changer le monde ? Comment faire ? Facile ! En ayant pleinement conscience de chacun de nos actes et de leurs conséquences. Voici le détail.

Pour changer le monde, il faut d’abord définir l’objectif auquel on aspire. Le voici : la paix et le partage équitable des ressources, le bonheur et l’épanouissement individuel.
« une liberté qui s’arrête où commence celle des autres »

« Le monde », c’est au moins la somme des individus qui le composent. Donc pour qu’il change, il appartient à chacun de changer. Nos actes quotidiens sont autant de votes qui valident les choix de notre société d’aujourd’hui. Voici les actions que nous pourrions modifier progressivement.

La première étape est d’en prendre conscience, la suivante de modifier son comportement. Pourquoi ne pas essayer dès aujourd’hui ? puis une fois par mois cette année, une fois par semaine l’année prochaine, une fois par jour l’année d’après et, si tout le monde s’y met, dans 5 ans le monde aura changé !

  • remettez tout en question en cherchant avant tout ce qui sera le plus bénéfique pour vous et la planète à long terme : consommation, médecine, éducation, maintien de l’ordre… aucun domaine n’est parfait ou ne s’ajustera précisément à vos besoins. Tâchez de vous réapproprier vos choix.
  • prêtez attention à vos actes d’achat. Il s’agit d’abord de réduire la consommation en refusant le superflus, de préférer ensuite réutiliser des biens plutôt que d’acheter neuf, et enfin de sélectionner soigneusement les produits acquis au final. Achetez-les auprès d’entreprises locales, choisissez-les durables (réutilisables et produits dans le respect de la nature et de l’homme). Évitez particulièrement les plastiques qui ne se recyclent pas sur le long terme et proviennent de l’industrie pétrolière, qui s’accapare souvent les ressources au prix de l’ingérence et de la guerre. N’encouragez pas les entreprises qui participent aux abus : boycottez-les !  Déforestation, agriculture ou élevage intensif, exploitation des enfants ou des populations du 1/3 monde, ingérence, guerre, transport longue distance… voulez-vous vraiment être complice ?
  • revoyez vos comportements. Quel est votre fonctionnement quotidien ? Que pouvez-vous progressivement modifier : réduire votre consommation de ressources, vous déplacer moins / différemment ou envisager le télétravail, proposer vos services à des sociétés qui respectent vos nouvelles valeurs, augmenter votre contribution au monde…
  • soignez vos relations. Ecoutez vos émotions, et plutôt que de laisser jaillir votre frustration, communiquez vos besoins de façon assertive : sans agressivité, fuite ou manipulation. La violence, qu’elle soit physique ou passive, née au cœur de chacun et chemine en nous tous. Et non, à moins qu’il ne vous brutalise, ce n’est pas tant l’autre qui vous fait souffrir – qu’un phénomène en vous. Colère, tristesse, culpabilité, vengeance, pensées… sont générées par le cerveau !
  • fiez vous à ce que vous aimez pour trouver votre place. Toute réaction disproportionnée, toute émotion négative proviennent d’une contradiction entre ce qui vous importe vraiment et vos croyances sociales inculquées. Posez-vous sincèrement la question pour démêler le vrai du faux, et faites ce que vous aimez. L’Amour est l’énergie qui régit tout être et l’univers, faites-lui confiance, faites-vous confiance… et lâcher prise ! (= Ayez foi)
  • propager l’idée. Aujourd’hui j’ai semé une graine, j’aimerai que vous la fassiez germer en vous, et qu’en en récoltant les fruits vous les partagiez. A votre tour de semer la graine qui changera le monde !

C’est ici et maintenant que tout se joue. Particulièrement dans les pays développés en haut de la chaîne : si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes parmi les plus riches de cette planète. Vous n’imaginez pas l’influence que vous avez sur le monde. Que croyez-vous qui émergera lorsque les consommateurs ne financeront plus l’industrie pétrolière et les multinationales qui produisent de façon abusive ? Changer le monde n’est pas très compliqué, mais il faut que tout le monde y participe. et n’attendez pas que le voisin s’y mette : donnez-lui l’exemple !

« Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir. » Dalaï Lama

Réfléchissez-y et, en attendant, diffusez ce message !


[Extrait] Le Voyage d’Hector, F.Lelord
Le bonheur avec les autres

Dans « Le Voyage d’Hector ~ ou la recherche du bonheur » de François Lelord, Hector est un jeune psychiatre qui ne parvient pas à rendre ses patients heureux. Il décide d’entreprendre un voyage pour comprendre ce qu’est vraiment le bonheur.

La dernière des 5 familles de bonheur est le bonheur avec les autres : l’amitié, l’amour partagé, faire attention au bonheur et malheur des gens, se sentir utile aux autres.

– C’est aussi une sacré cause de malheur ! dit Edouard. Les gens te déçoivent, tes amis peuvent te trahir. Quant aux amours, parfois on peut se faire très mal. ça rappela à Hector que Edouard avait dû être amoureux, mais que ça n’avait pas dû très bien se passer.

– C’est vrai, mais fréquenter les autres et leurs imperfections, ça peut aussi t’entraîner à la sérénité. Et puis, tu peux aussi te sentir utile aux autres sans forcément attendre de la reconnaissance, et en être heureux quand même.

[Le Voyage d’Hector ou La recherche du bonheur, François Lelord]


[Extrait] Les enfants de la liberté, M.Lévy

– Garde tes forces, mon vieux.
– Pour en faire quoi ? Ce n’est plus qu’une question d’heures pour moi. Jeannot, il faudra un jour que tu racontes notre histoire. Il ne faut pas qu’elle disparaisse comme moi.
– Tais-toi, Samuel, tu dis des bêtises et je ne sais pas raconter les histoires.
– Ecoute-moi, Jeannot, si toi tu n’y arrives pas, alors tes enfants le feront à ta place, il faudra que tu leur demandes. Jure-le moi.
– Quels enfants ?
– Tu verras, poursuit Samuel dans un délire halluciné. Plus tard tu en auras, un , deux,  ou plus je ne sais pas, je n’ai plus vraiment le temps de compter. Alors il faudra que tu leur demandes quelque chose de ma part, que tu leur dises que cela compte beaucoup pour moi. C’est un peu comme s’ils tenaient une promesse que leur père aurait faite dans un passé qui n’existera plus. Parce que ce passé de guerre n’existera plus, tu verras. Tu leur diras de raconter notre histoire, dans leur monde libre. Que nous nous sommes battus pour eux. Tu leur apprendras que rien ne compte plus sur cette terre que cette putain de liberté capable de se soumettre au plus offrant. Tu leur diras aussi que cette grande salope aime l’amour des hommes, et que toujours elle échappera à ceux qui veulent l’emprisonner, qu’elle ira toujours donner la victoire à celui qui la respecte sans jamais espérer la garder dans son lit. Dis-leur Jeannot, dis-leur de raconter tout cela de ma part, avec leurs mots à eux, ceux de leur époque. Les miens ne sont faits que des accents de mon pays, du sang que j’ai dans la bouche et sur les mains.
– Arrête, Samuel, tu t’épuises pour rien.
– Jeannot, fais-moi cette promesse : jure-moi qu’un jour tu aimeras. J’aurais tant voulu pouvoir le faire, tant voulu pouvoir aimer. Promets-moi que tu porteras un enfant dans tes bras et que dans le premier regard de vie que tu lui donneras, dans ce regard de père, tu mettras un peu de ma liberté. Alors, si tu le fais, il restera quelque chose de moi sur cette foutue terre.

J’ai promis et Samuel est mort au lever du jour. Il a inspiré très fort, le sang a coulé de sa bouche, et puis j’ai vu sa mâchoire se crisper tant la douleur était violente. La plaie à son cou était devenue parme. Elle est restée ainsi. Je crois que sous la terre qui le recouvre, dans ce champ de la Haute-Marne, un peu de pourpre résiste au temps, et à l’absurdité des hommes.

[Les enfants de la liberté, Marc Levy]


[Extrait] Les enfants de la liberté, M.Lévy
L’amour sous toutes ses formes

– Cela pose un problème que…?
– Que tu ne sois pas juif ? Pas le moins du monde, dit maman en riant. Ni mon mari ni moi n’accordons d’importance à la différence de l’autre. Bien au contraire, nous avons toujours pensé qu’elle était passionnante et source de multiples bonheurs. Le plus important, quand on veut vivre à deux toute une vie, est d’être sûr que l’on ne s’ennuiera pas ensemble. L’ennui dans un couple, c’est ce qu’il y a de pire, c’est lui qui tue l’amour. Tant que tu feras rire Alice, tant que tu lui donneras l’envie de te retrouver, alors que tu viens à peine de la quitter pour aller travailler, tant que tu seras celui dont elle partage les confidences et à qui elle aime aussi se confier, tant que tu vivras tes rêves avec elle, même ceux que tu ne pourras pas réaliser, alors  je suis certaine que quelles que soient tes origines, la seule chose qui sera étrangère à votre couple sera le monde et ses jaloux.

Maman prend Georges dans ses bras et l’accueille dans la famille.
– Allez, file rejoindre Alice, dit-elle, presque la larme à l’oeil. Elle va détester que sa mère retienne son fiancé en otage. Et si elle apprend que j’ai prononcé le mot fiancé, elle me tue !

Alors qu’il s’éloigne vers la salle à manger, Georges se retourne et demande à maman au seuil de la cuisine comment elle a deviné qu’il n’était pas juif.
– Ah s’exclame maman en souriant. Voilà vingt ans que mon mari récite tous les vendredis soir une prière dans une langue qu’il invente. Il n’a jamais su un mot d’hébreu ! Mais il est très attaché à ce moment où, chaque semaine, il prend la parole en famille. C’est comme une tradition qu’il perpétue en dépit de son ignorance. Et même si ses mots n’ont aucun sens, je sais que ce sont quand même des prières d’amour qu’il formule et invente pour nous. Aussi, tu te doutes bien que lorsque je t’ai entendu tout à l’heure répéter presque à l’identique son charabia, je n’ai pas eu de mal à comprendre… Que tout cela reste entre toi et moi. Mon mari est convaincu que personne ne se doute de son petit arrangement avec Dieu, mais je l’aime depuis tant d’années que son Dieu et moi n’avons plus aucun secret.

A peine de retour dans la salle à manger, Georges se voit entraîner à l’écart par notre père.
– Merci pour tout à l’heure, grommelle papa.
– De quoi ? demande Georges.
– Eh bien de ne pas avoir vendu la mèche. C’est très généreux de ta part. J’imagine que tu dois mal me juger. Ce n’est pas que je prenne un plaisir quelconque à entretenir ce mensonge ; mais depuis vingt ans… comment leur dire maintenant ? Oui, je ne parle pas hébreu, c’est vrai. Mais célébrer le sabbat c’est pour moi entretenir la tradition et la tradition c’est important, tu comprends ?
– Je ne suis pas juif, monsieur, répond Georges. Tout à l’heure, je me suis contenté de répéter vos mots sans avoir aucune idée de leur sens, et c’est moi qui voulais vous remercier de ne pas avoir vendu la mèche. (…)
– Bon, écoute-moi, je te propose que notre petite affaire reste strictement entre nous. Moi je dis le sabbat et toi, tu es juif !
– Tout à fait d’accord, répond Georges.

Le dîner achevé, Alice raccompagne Georges jusqu’à la rue, attend qu’ils soient à l’abri de la porte cochère et prend son fiancé dans ses bras.
– ça s’est vraiment bien passé, et puis chapeau, tu t’es débrouillé comme un chef. Je ne sais pas comment tu as fait, mais papa n’a rien vu, il est à mille lieues de se douter que tu n’es pas juif.
– Oui, je crois qu’on s’en est bien sortis, sourit Georges en s’éloignant.

[Les enfants de la liberté, Marc Levy]


[Extrait] Les enfants de la liberté, M.Lévy

Une fois, une femme est venue ici. C’est Robert qui m’avait demandé de l’héberger. Elle avait dix ans de plus que moi, elle était malade et venait se reposer. J’ai dit que je n’étais pas médecin, mais j’ai accepté. Il n’y a qu’une chambre là-haut, alors qu’est-ce que tu voulais que je fasse ? Nous avons partagé le lit ; elle d’un côté, moi de l’autre, l’oreiller au milieu. Elle a passé deux semaines dans ma maison, nous rigolions tout le temps, on se racontait des tas de choses et je m’étais habitué à sa présence. Un jour, elle était guérie, alors elle est repartie. Je n’ai rien demandé, mais j’ai dû me réhabituer à vivre dans le silence. La nuit, quand le vent soufflait, on l’écoutait à deux. Seul, il ne fait plus la même musique.

Elle a frappé à ma porte deux semaine plus tard et m’a dit qu’elle voulait rester avec moi. (…) J’ai dit que c’était mieux pour nous qu’elle retourne auprès de son mari… De quelle fille de la brigade es-tu tombé amoureux ? Jeannot, je sais combien la solitude pèse, mais c’est le prix à payer quand on est dans la clandestinité.

Tu sais, Jeannot, cette amie dont je t’ai parlé tout à l’heure, elle m’a donné cette chance formidable ; elle m’a laissé l’aimer. Ce n’était que quelques jours, mais avec la tête que j’ai, c’était déjà un beau cadeau. Maintenant, il me suffit de penser à elle pour trouver un peu de bonheur. Tu devrais rentrer, la nuit tombe tôt en ce moment.

[Les enfants de la liberté, Marc Levy]


[Extrait] La sorcière de Portobello, P.Coelho
Éveiller la passion

« Nous avons tous une capacité inconnue, qui restera inconnue à tout jamais, mais qui peut être notre alliée. Comme il est impossible de mesurer cette capacité ou de lui donner une valeur économique, elle n’est jamais prise en considération. »

« J’ai découvert que de nos jours pour motiver les employés, il fallait plus qu’une bonne formation dans nos centres extrêmement qualifiés. Nous avons tous en nous une part d’inconnu, qui, quand elle affleure, peut produire des miracles.
Nous travaillons tous en vue d’une fin : nourrir nos enfants, gagner de l’argent pour subvenir à nos besoins, donner une justification à notre vie, acquérir une parcelle de pouvoir. Mais il y a des étapes détestables dans ce parcours, et le secret consiste à transformer ces étapes en une rencontre avec soi-même, ou avec quelque chose de plus élevé.
Par exemple : la quête de la beauté n’est pas toujours associée à un objet concret, et pourtant nous la cherchons comme si c’était la chose la plus importante au monde. (…) Les oiseaux chantent, selon Darwin, parce que c’est le seul moyen pour attirer leur partenaire et perpétuer l’espèce. (…) Tous ceux qui parviennent à éveiller des passions répètent quelque chose qui se passe depuis l’âge des cavernes, où les rites de séduction étaient fondamentaux pour la survie et l’évolution de l’espèce. Alors, quelle différence y a-t-il entre l’évolution de l’espèce humaine et l’évolution d’une agence bancaire ? Aucune. Les deux obéissent aux mêmes lois – seuls les plus capables survivent et se développent. (…) Sherine a apporté sur son lieu de travail un nouveau type de comportement, c’est-à-dire la passion. Exactement, la passion, quelque chose que nous ne prenons jamais en considération quand nous traitons de prêts ou de relevés de dépenses. Les gens se sont mis à vivre différemment« 

« Ce que nous croyons « voir », c’est une impulsion d’énergie dans une zone complètement obscure de notre tête. Nous pouvons donc essayer de modifier cette réalité, si nous entrons dans une harmonie commune. D’une manière qui m’échappe, la joie est contagieuse, comme l’enthousiasme et l’amour. Ou comme la tristesse, la dépression, la haine – qui peuvent être perçues « intuitivement » par les clients et par les autres agents. Pour améliorer l’activité, il faut créer des mécanismes qui retiennent ces stimuli positifs. »

[La sorcière de Portobello, Paulo Coelho]