Relations fusionnelles   Mise à jour récente !

A mon avis, une relation fusionnelle est une relation basée sur la croyance “quand on aime, on accepte tout de l’autre”. En fait, c’est une erreur.

On se donne l’impression qu’il n’y aura pas de jugement. On a le sentiment de se protéger mutuellement mais c’est faux !

Une relation qui démarre sur ce contrat implicite est vouée à l’échec ou au conflit. Elle induit au fond une identification à l’autre. Les personnes ne s’autorisent plus certaines différences fondamentales (de valeur, de croyance, de comportements ou d’activités). Peut-on s’aimer si l’autre ne valide pas ce qui est le plus important pour nous ? Elle induit d’avoir la même conception des choses, de toujours parvenir à se mettre d’accord, de se suivre quand l’un fait un pas dans une direction différente… Mais c’est irréel.

Nous sommes tous différents, nous aimons tous davantage certains comportements et certaines activités à d’autres. Il est impossible de tout apprécier chez l’autre. Il y a toujours des valeurs priorisées différemment, des comportements qui ne nous correspondent pas, des centres d’intérêts qui sont différents, des façons de faire qui divergent.

Aimer, ce n’est pas tout apprécier chez l’autre. Aimer c’est accepter que l’autre puisse être différent et que cela ne nous convienne pas. C’est accepter que cela ne nous convienne paspour pouvoir l’exprimer et y trouver des solutions pour vivre ensemble. C’est seulement à partir de cette prise de conscience qu’il est possible de construire.


La servitude volontaire

SOYEZ RÉSOLUS A NE PLUS SERVIR ET VOUS VOILÀ LIBRES.

Dès lors qu’il n’y a plus d’opprimés, il n’y a plus d’oppresseurs. Désobéir, ce n’est pas forcément lutter (combattre le pouvoir par une action révolutionnaire c’est le nourrir et le légitimer puisque c’est réclamer au pouvoir les miettes de sa liberté). Désobéir, c’est prendre conscience que notre état de servitude est volontaire et qu’il n’est pas une fatalité. Désobéir, c’est cesser d’agir contre sa volonté, sans violence ( = retrait de l’action servile). C’est la réappropriation de sa force comme fermeté de l’âme, de sa capacité à simplement dire… non. La liberté est la capacité réelle (les moyens) de pouvoir réaliser sa volonté.

L’oppresseur a davantage besoin de l’opprimé que l’inverse. La soumission est l’essence même du pouvoir. La domination est un rapport de force… qui s’exerce d’abord par la ruse. Par exemple, par le divertissement. L’accoutumance au divertissement abrutit notre esprit, abolit notre volonté et nous fait perdre le goût de notre liberté.

La servitude volontaire, c’est l’abandon de sa liberté en échange d’un confort psychologique. Elle est consentie par habitude (conditionnement social), par confort de pouvoir se positionner en victime ( = compassion) plutôt que de se responsabiliser, et de pouvoir classer le monde entre gentils et méchants.


Le féminisme est une arnaque

Que “la femme soit l’égale de l’homme” ? Non !
C’est prendre le problème à l’envers.

Voilà comme évolue notre culture : de Cendrillon et la Belle au Bois Dormant à Mulan et Rebelle. Les filles se défont de leurs chaînes… pour devenir des conquérantes ?! Dans un monde toujours plus compétitif au détriment de la planète, le modèle reste celui de la lutte de pouvoir ? Non !

Notre société évoluera quand “l’homme sera l’égal de la femme” !
Quand l’idéal féminin primera sur le modèle masculin.

Dans une société évoluée, l’homme s’autorise les larmes, la douceur et les paillettes. Dans une société évoluée, l’homme tire sa fierté du nettoyage et du service aux autres. Dans une société évoluée, l’homme équilibre son temps entre la création, l’entretien, la découverte et le partage. Dans une société évoluée, l’homme promeut la collaboration et les succès communs.

Car quand l’homme pleurera la misère et désirera le vivant ; quand l’homme nettoiera sa maison et le cul de son môme ; quand l’homme sera présent dans son foyer et sa communauté plus qu’au travail ; quand l’homme mènera des projets solidaires…

…alors l’homme sera prêt à pleurer sur le monde et motivé à lui redonner son clinquant ; l’homme sera prêt à valoriser (financièrement) les tâches domestiques et les relations humaines ; l’homme sera prêt à assumer sa responsabilité citoyenne ; l’homme sera prêt à partager pouvoir et richesse pour relever les défis planétaires, en avançant main dans la main.

Je connais beaucoup de ces hommes, et je peux vous assurer que c’est avec eux que nous (les femmes ;-P) faisons évoluer le monde.





L’erreur du féminisme

Je regrette que le féminisme ne s’appelle pas humanisme. En adoptant le point de vue d’une communauté victime, on mélange thérapie et politique, on mélange besoin de reconnaissance et d’encadrement de la violence / et nécessité de faire évoluer les stéréotypes de genre, les normes culturelles historiques et le système hiérarchique de notre société.

Pourtant, les hommes sont également victimes d’un système “loi du plus fort” basé sur la subordination (=soumis à…) et la compétition pour s’en extraire (via le sommet). Les hommes sont également victimes des stéréotypes qui divisent, les incitent à masquer leur sensibilité, leur éventuel goût pour ce qui est dit féminin, et à éviter certains métiers ou activités.

Le vrai sujet, c’est de se rassembler pour œuvrer pour une société avec un équilibre des pouvoirs, un partage des richesses, où chacun a une place où s’épanouir, où chacun peut subvenir à ses besoins et choisir ce qui constitue son identité et son parcours, sans subir d’obstacle, de jugement, de moquerie ou de violence. Le vrai sujet c’est de s’engager pour le respect et la tolérance. #humanisme


Soul, Disney-Pixar
Apprécier la vie comme l’océan

Voici une fable, la morale de “Soul”, le Disney-Pixar de Noël 2020.

Soul - film 2020 - AlloCiné

Tu connais l’histoire du petit poisson ?
Il va trouver un poisson plus âgé et il lui dit :
“Je cherche un endroit qu’on appelle l’océan.”
“L’océan ?”, dit le vieux poisson. “Tu nages dedans.”
“ça ?”, lui dit le jeune poisson. “ça, ce n’est que de l’eau. Moi, ce que je recherche, c’est l’océan !”


[Extrait] Félix et la source invisible, EE Schmitt

Félix et la source invisible fait partie du Cycle de l’invisible, une série de récits, indépendants les uns des autres, qui abordent tous la recherche de sens.

“Les objets n’ont des propriétés que si tu leur en accordes. (…) Ta croyance réveille et libère les qualités des choses. Par ta foi, tu accèdes à un niveau différent de l’univers. Tu le pénètres plus profondément. Tu remontes à la source de l’invisible. (…)

Moi, je préférerais m’en dispenser. Plus tu emploies d’outils, moins tu emploies ton esprit. Or seul l’esprit soigne l’esprit. (…)

Regarde au-delà du visible. Regarde l’invisible. Cherche l’esprit qui fait tout apparaître derrière l’apparition. Et nourris-toi de la force du monde qui le sous-tend. La source invisible demeure partout, toujours, où que tu te trouves, et tu peux la capter. Celui qui regarde bien finit par voir.”

[Source : Félix et la source invisible, Eric-Emmanuel Schmitt]


Anacyclose : le cycle des régimes politiques

L’anacyclose est une théorie cyclique de la succession des régimes politiques, exposée par Platon dans La République au Livre VIII (545a-546b)1, développée par l’historien grec Polybe de Mégalopolis, admise par Cicéron et reprise par Nicolas Machiavel.

Polybe décrit un cycle en six phases qui fait basculer la monarchie dans la tyrannie, à laquelle fait suite l’aristocratie qui se dégrade en oligarchie, puis vient la démocratie, qui entend remédier à l’oligarchie, mais sombre, dans une sixième phase, dans le pire des régimes qui est l’ochlocratie, où il ne reste plus qu’à attendre l’homme providentiel qui reconduira à la monarchie. (Source : Wikipédia)