cause


Imparfaits mais conscients

La prise de conscience est la première étape du changement. En constatant nos comportements, nous sommes capables de cerner les éléments à changer pour évoluer.

Pour autant, le changement ne doit pas être une contrainte, mais une envie, guidée par la motivation de tenter quelque chose de différent, de découvrir une autre façon de fonctionner plus positive. Ainsi, l’important n’est pas d’atteindre un résultat idéal, une « perfection » qui nous enferme dans une dynamique contraignante donc négative, l’important c’est de faire le premier pas, d’essayer et d’agir pour aller tout doucement avec un équilibre – pour nous et le monde – qui nous convient.

Gardons à l’esprit que nous sommes des êtres faillibles et qu’à ce titre nous continuerons de faire des erreurs. Alors travaillons surtout nos intentions et nos moyens : qu’ils soient, autant que possible, positifs, bienveillants et en cohérence avec notre humanité profonde.

Ainsi, n’oublions pas que, même s’il est plus facile de s’inspirer de quelqu’un d’exemplaire, les bonnes idées sont souvent énoncées par des personnes qui ne sont pas irréprochables (puisque humaines). Donc ne refusons plus les idées sous prétexte que le porteur n’est pas parfait ! Si l’idée nous dérange, ce n’est pas la faute du messager.

Vous cherchez comment vous engager ? Les sujets où les actions individuelles sont possibles sont nombreux : réduction des déchets, de la consommation intensive, de la consommation de produits animaliers, de la violence ordinaire (agressivité, fuite, manipulation)…


L’entreprise d’aujourd’hui c’est la seigneurie d’autrefois.

Définition de serf : « Condition de quiconque est tenu par la loi, la coutume ou un accord, de vivre et de travailler sur une terre appartenant à une autre personne et de fournir à cette autre personne, contre rémunération ou gratuitement, certains services déterminés, sans pouvoir changer sa condition. »

On devrait prévenir à l’accueil :
« Âmes sensibles s’abstenir – Merci de déposer votre conscience à l’entrée,
et surtout, n’oubliez pas de vous soumettre. » (au pouvoir, à l’argent)

Alors choisissez bien votre Seigneur !


[Extrait] Alors voilà, B.Beaulieu (1)
Des choses simples compliquées et inversément

Dans « Alors voilà, les 1001 vies des Urgences », Baptiste Beaulieu peint avec légèreté et humour les consultations qui s’enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients et la vie réelle, difficile ou amusante, au sein de l’hôpital. Par ses histoires d’une grande sensibilité, à la fois touchantes et drôles, il restitue tout le petit théâtre de la comédie humaine. 

Dans la vie… « Il suffit de regarder les choses simples derrière les choses compliquées et de s’émerveiller des choses compliquées derrière les choses simples. »

[« Alors voilà, les 1001 vies des Urgences« , Baptiste Beaulieu]


Une guerre ?!! 1

Je commence à m’inquiéter : pas tant des terroristes (8 sur 66 millions) mais de la punition collective : la guerre qui se prépare… les français ont peur, le régime devient sécuritaire (constitution modifiée, écoute possible sans mandat,  forces de l’ordre pouvant porter une arme en permanence, coalition avec des pays aux valeurs douteuses, etc), les recrutements dans l’armée se multiplient (de 10, on est passé à 60 jeunes se proposant tous les jours), la haine monte dans l’opinion… certains des régimes les plus meurtriers ont démarré ainsi…

Les terroristes ne sont que quelques jeunes paumés, exclus du système, et engagés par une secte : depuis quand on s’attaque aux sectes et aux marginaux avec un tel dispositif ? nous avons plutôt besoin de prévention et de précaution. Là, on leur donne encore plus de pouvoir. Comment faire passer le message à ceux qui prennent les décisions à notre place ?

Bon sang, on ne lève pas le petit doigt pour des génocides avec des milliers de morts et là on va créer une guerre mondiale ! et s’ils deviennent plus puissants avec nos bêtises, renforçant les convictions de tous ceux qui hésitent, tout ce qu’on va obtenir c’est une attaque bactériologique. On ne vainc pas la violence par la violence, surtout quand elle est diffusée au compte goutte au sein même de notre société !!!


…pour qu’ils baissent les armes

Face aux événements de vendredi, je vois fleurir partout des arguments « eux contre nous ». Pourtant, nous nous sommes fait attaqués de l’intérieur, par des français embrigadés. Il y a encore plus de 2000 personnes sur notre sol dans le même état d’esprit : qui croient au discours fanatique – et plus encore qui alimentent les extrémismes et les divisions. La vraie question est comment est-il possible que de telles idées s’enracinent au sein même de notre pays ? Sont-ils le produit de la violence de notre société ? Si la propagande extrémiste a eu un tel effet sur eux, peut-on en proposer une autre qui les ramène sur un chemin pacifiste ? Je ne sais pas. Mais je suis certaine qu’à l’inverse, en s’opposant frontalement à eux, on renforce leurs convictions.

Je souhaiterais connaître juste une de ces personnes, terroriste en puissance, et lui parler les yeux dans les yeux. J’aimerais lui dire que nos sociétés sont violentes, que les guerres sont cruelles et injustes peu importe les continents. Je voudrais lui dire que j’entends la souffrance du monde et la sienne mais que ce n’est pas en adoptant des solutions extrêmes que nous la calmerons. Je désirerais vraiment qu’elle comprenne qu’elle a aussi le droit d’exister dans notre société plutôt que d’aller suivre des gourous fanatiques pour donner un sens à son existence. J’aimerais lui montrer la beauté du monde… et qu’elle baisse les armes. Utopique ? Réécoutez la vidéo…


Seulement 4 grands types de profession ?

Je crois qu’en termes de finalité, il y a 4 grands types de professions :

  • ceux qui cherchent un sens à la vie, au monde
  • ceux qui s’occupent des êtres vivants (planète comprise)
  • ceux qui façonnent le monde matériel pour rendre le quotidien plus confortable
  • ceux qui entretiennent le système (ordre, norme) dont les intermédiaires

Ce qui nous donne 4 grands verbes : chercher, aider, façonner, ordonner (ou faciliter).
Et vous, que voulez-vous faire pour le monde ?

Ce que je ne comprends pas par contre :
Pourquoi est-ce la dernière catégorie qui est la mieux rémunérée ? (en moyenne)
Est-ce parce que c’est celle qui manque le plus de sens – la plus éloignée de la Vie ?
L’Ordre s’oppose à la Vie car il la contraint… L’essence de la vie c’est la liberté, le chemin du moindre effort ; donc l’ordre s’oppose à la nature même de la Vie puisqu’il tente de contrôler l’incontrôlable ?

Quelques exemples à compléter :

Ceux qui cherchent un sens à la vie, au monde : chercheur, astrophysicien, physicien, biologiste, mathématicien, aventurier, voyageur, artiste, historien, philosophe, religieux…

Ceux qui s’occupent des êtres vivants : soignant, assistante sociale, thérapeute, guide spirituel, RH, manager, enseignant, parent, vétérinaire, écologiste, cultivateurs…

Ceux qui façonnent le monde matériel pour rendre le quotidien plus confortable – ceux qui créent et produisent : inventeur et créatif, artisan et industriel, informaticien, entrepreneur…

Ceux qui entretiennent le système, les professions intermédiaires : juriste, exécutif, politicien, financier, commercial, immobilier, communicant, consultant, dirigeant…

(Les écrivains peuvent intégrer toutes les catégories semble-t-il)