Billets du jour : 23 juin 2015


et si la parité passait par la libération des hommes ?

J’ai côtoyé des féministes qui déploraient l’inégalité des postes et des salaires en entreprise, qui considéraient que la femme n’était pas encore l’égale de l’homme. En réalité, je crois que c’est l’homme qui n’est pas encore l’égal de la femme – et tant qu’il ne s’autorisera pas à être lui-même et à faire ce qu’il veut, même au travers d’idées les plus loufoques, ces différences existeront.

Des exemples ? Les femmes s’autorisent à devenir astronaute, camionneur, pompier ou soldat plus facilement que les hommes ne deviennent aide-soignant, homme au foyer, homme de ménage, puéricultrice ou sage-femme (!)… certains métiers sont encore connotés (coiffeur, maquilleur, couturier…).  La mode féminine permet de porter des shorts et pantalons, mais les hommes ne portent pas de robes et de jupes. Les femmes profitent d’artifice beauté : maquillage, vernis à ongle, bijoux… beaucoup plus nombreux que les hommes. (Un homme avec du vernis à ongle, ce n’est pas commun !). Les femmes expriment plus facilement leurs émotions et leur vulnérabilité que les hommes (“un homme ne pleure pas, il se doit d’être fort”).

Avec de telles croyances et de telles barrières, la vie d’un homme doit être bien limitée. Pourtant, vivre ses émotions, se mettre au service des autres, ou s’autoriser à être ouvertement différent, sont une source de joie que tous les êtres humains devraient se donner le droit de vivre. Il ne s’agit pas de nier nos différences, mais de s’autoriser à être nous-même, et à expérimenter la vie de la façon qui nous attire, que l’on soit homme ou femme. Alors seulement, l’équité sera rétablie… et notre société probablement plus juste.