[Extrait] Victime, bourreau ou sauveur : comment sortir du piège ?, C. Petitcollin – La responsabilité


« La responsabilité et le pouvoir d’agir sont indissociables. »
Extrait de « Victime, bourreau ou sauveur : comment sortir du piège ? », Chistel Petitcollin

La culpabilisation consiste à rendre l’autre responsable de ce que l’on vit. La culpabilité, en retour, provient du fait d’accepter de se rendre responsable de ce que vit l’autre. En principe, on ne peut être responsable que de ce sur quoi on a un pouvoir d’action directe. La responsabilité et le pouvoir d’agir sont indissociables.

Si je n’ai pas le pouvoir de rendre heureux ceux qui n’ont pas envie de l’être, je n’ai pas non plus le pouvoir de rendre malheureux ceux qui n’ont pas non plus envie de l’être. Inversement, puisque personne n’a le pouvoir de me rendre heureux, si je ne le veux pas, on ne peut pas non plus me rendre malheureux quand je n’ai pas envie.

L’aspect indissociable de la responsabilité et du pouvoir d’agir est loin d’être une évidence dans notre société. Rôles et fonctions sont souvent mal définis et mal compris. C’est un grand classique dans le mal-être en entreprise. Des cadres qui culpabilisent de ne pas accomplir correctement leur mission découvrent que la direction de leur entreprise leur a donné des responsabilités, sans aucun pouvoir d’action.

La culpabilité nous protège du sentiment d’impuissance. L’antidote à la culpabilité est le partage équitable et objectifs des responsabilités. Lorsque vous en avez le pouvoir, agissez. Lorsque le problème appartient à l’autre et que vous êtes objectivement réduit à l’impuissance, lâcher prise ! 

Quand on a intégré ce principe de transfert de responsabilité, on reste confondu d’admiration devant l’habileté de certains à inverser et embrouiller les choses.

Alors demandez-vous : jusqu’où vont vos responsabilités et quel est votre pouvoir d’action réel en regard ? C’est quand on arrête de porter ce qui n’est pas à nous que les choses changent enfin !

Résumé du livre : 

À chaque fois que vous vivez une relation négative, décourageante et frustrante, il y a fort à parier que vous vous êtes fait entraîner dans un jeu de triangle. Même s’il n’y a rien de drôle, le terme de jeu est adéquat car ces situations négatives sont étrangement standard et obéissent à des règles quasi immuables. Vous retrouverez parmi les protagonistes de vos difficultés relationnelles, un des profils suivants :

  • Une victime : elle est pure et innocente, passive et impuissante, plaintive et pitoyable, mais étrangement gaffeuse et parfois exaspérante.
  • Un bourreau : critique et dévalorisant, blessant et cruel, menaçant voire violent, et surtout empli d’une frustration qu\’il cherche à évacuer sur… une victime innocente, bien sûr.
  • Un sauveur : bon et généreux, fort et altruiste, protecteur et infantilisant, mais surtout très culpabilisant « Avec tout ce que j\’ai fait pour toi ! » est son leitmotiv.

Bonne nouvelle : sortir du triangle dramatique, c’est possible, et ce livre vous y invite !

Christel Petitcollin est conseil et formatrice en développement personnel et conférencière. Elle intervient très souvent dans les médias : presse et radios. Elle est l’auteur à succès de nombreux livres : « S’affirmer et oser dire non », « Bien communiquer avec son enfant », « Scénario de vie gagnant », « Émotions, mode d’emploi », « Les clés de l’harmonie familiale », « Réussir son couple », « Du divorce à la famille recomposée » et « Savoir écouter, ça s’apprend ! »

[Source : « Victime, bourreau ou sauveur : comment sortir du piège ? » Chistel Petitcollin]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *