[Extrait] Le jour où j’ai appris à vivre, L.Gounelle – Notre influence


« Chacun, par ses actes, ses paroles, son état d’esprit et ses émotions,
influence son entourage, et puis cela se propage
 »
Extrait de « Le jour où j’ai appris à vivre » de Laurent Gounelle :

Ce que l’ont déteste chez les autres est parfois ce que l’on n’accepte pas en soi. Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres. Trouver le divin, en cherchant à l’intérieur, c’est accéder à un niveau de conscience supérieur. Quand on a dépassé la simple recherche de plaisirs, quand on a des actes et des paroles soufflés par notre conscience et pas seulement dictés par le désir d’en tirer avantage personnel, on se sent portés par quelque chose… de plus grand que nous. Cela arrive aussi quand on trouve notre mission, ce dans quoi on se réalise, même si c’est en dehors du travail. On découvre que cela surpasse largement tout ce que peut nous apporter l’éphémère satisfaction de nos désirs.

J’ai tendance à penser que chacun de nous a une destin, en effet, et qu’il est dommage de passer à côté. Je n’ai pas dit qu’il s’agissait forcément d’une mission grandiose. Il peut s’agir de quelque chose de plus humble, mais ce sont parfois les choses d’apparence anodine qui comptent vraiment dans le monde, tu sais. On a tendance à penser que ce sont les grands leaders qui ont forgé le cours de l’Histoire. Ce n’est pas tout à fait vrai, en réalité. Chacun, par ses actes, ses paroles, son état d’esprit et ses émotions, influence son entourage, et puis cela se propage comme des ondes à la surface de l’eau. Forcément. Rien n’est neutre, tu sais. Au final, chacun de nous a un impact sur le monde. Et quand on a trouvé sa mission, on a un rôle à jouer, un rôle utile à l’humanité, aux êtres vivants, à l’univers. C’est pour ça que chacun de nous a des talents qui lui sont propres, même si, pour la plupart des gens, ces talents restent cachés au fond d’eux, n’attendant qu’à émerger et être cultivés. D’ailleurs, découvrir nos talents est aussi un moyen de comprendre notre mission.

La plupart des gens se sentent obligés de faire ce qu’ils ont toujours fait, même quand ça ne les épanouit pas. Et ils s’interdisent d’écouter leurs envies profondes, persuadés que ça ne les mènerait nulle part. Alors qu’en fait, c’est exactement l’inverse. Nos envies profondes, et non pas nos désirs superficiels induits par la société, sont des pistes à suivre pour avancer sur le chemin de notre mission. C’est notre âme qui nous fait signe à travers ces envies, pour nous attirer sur notre voie. Un appel feutré du destin… Notre voie apparaît à nous quand s’évanouissent nos illusions, qui nous trompent sur notre direction, et que notre conscience s’éveille. Et tu sais, ce qui est troublant, dans la vie, c’est que tout ce qui arrive, en positif comme en négatif, en joies comme en drames, sert secrètement un seul but : éveiller notre conscience, car c’est seulement là que nous devenions pleinement nous-mêmes.

Ecoute ton cœur… influence

[Source : « Le jour où j’ai appris à vivre » de Laurent Gounelle]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *