Billets du jour : 15 février 2016


[Extrait] Le jour où j’ai appris à vivre, L.Gounelle – Vers un monde meilleur

« Le monde est la résultante de nos actes individuels. Se changer soi-même est la seule voie vers un monde meilleur. Un monde meilleur où il fait bon vivre. »
Extrait de « Le jour où j’ai appris à vivre » de Laurent Gounelle :

Cherche à l’intérieur. Difficile de regarder à l’intérieur quand on craint d’y rencontrer l’angoisse, justement.

La télé accrochée au mur diffusait des images saisissantes de forêt filmée en hélicoptère. « La forêt amazonienne est détruite au rythme effroyable de mille six cents hectares par jour, soit l’équivalent de quinze cents terrains de football. » L’image bascula sur celle d’un vieil Indien. Son visage affichait une certaine sérénité, bien qu’empreint de tristesse. Une sorte de résignation calme.

Jonathan soupira longuement. Comment peut-on être heureux quand le monde va mal ? Comment trouver en soi la force de s’en sortir quand le mal progresse sur Terre ? La lutte est vaine…

La voix du vieil Indien était calme, posée. Malgré la gravité de ses propos, on ne percevait aucune animosité, aucune haine. « Quand vous aurez abattu le dernier arbre, quand vous aurez pêché le dernier poisson, vous découvrirez que l’argent ne se mange pas. »

(…)

– Je vous ai vu à la télé. Vos propos m’ont touché. C’est terrible que cette forêt soit détruite, tout ça pour de l’argent. Les autres pays devraient faire pression sur les Brésiliens pour qu’ils cessent de faire ça.

– Vous pouvez dire ça… les Brésiliens abattent la forêt pour la transformer en champs de soja et nourrir les bœufs. Vous savez à qui sont destinés ces bœufs ?

Il fallu quelques secondes à Jonathan pour comprendre. Et alors il se figea. Il avala sa salive. Sa main qui tenait le hamburger devint moite. Il se sentit rougir. Il resta ainsi, quelques instants qui durèrent une éternité, face à cet homme digne et paradoxalement compatissant qui posait sur lui des yeux pleins de bonté.

[Source : « Le jour où j’ai appris à vivre » de Laurent Gounelle]