Billets du jour : 14 novembre 2015


Persévérez dans la bienveillance

Je viens de lire ce post sur facebook :

« Hier après midi, je suis passée place de la République, entre les réfugiés, Hommes, Femmes, Enfants, nos SDF locaux, installés à même le sol, cette statue centrale jonchée de graffitis, le brouhaha de la circulation, les regards qui s’échangent entres passants…Je me suis dit que tous les ingrédients étaient réunis, pour un joyeux bordel et que effectivement quand on lance un boomerang, même très loin il revient. Que vos postes de télé ne vous dépriment pas trop, l’effet papillon va passer, mais les dispositifs vont rester. Gardez une place pour la relativité, car si vous aussi vous déversez votre colère, vos craintes ou vos incompréhensions, on va seulement augmenter le taux de négativité. En ce jour de gentillesse qui finit en deuil, je souhaite de toute mon âme et mon cœur, que Vive La Paix, et reste persuadée que l’on peut y arriver ! »

J’ai le même genre de sensations : inerte hier soir, difficile ce matin, j’attends encore des nouvelles de certains amis… mais simultanément je ne peux pas m’empêcher de penser au monde dans sa globalité, je me demande pourquoi nous ne sommes pas en deuil chaque jour avec toutes les horreurs qui s’y passent, pourquoi bénéficions-nous de ce statut alors que nous sommes “en haut de la chaîne”, pourquoi ce sursaut aujourd’hui plutôt qu’une action quotidienne pour plus d’harmonie… la guerre arrive à nos portes alors les gens ouvrent les yeux… qu’est-ce que cette situation va légitimer de négatif pour la suite ? qu’est-ce qu’elle va étouffer d’important (COP21…) ? est-ce que cette tragédie va nous faire taire sous son poids ou nous ouvrir les yeux sur la misère humaine qui nous entoure ? comment poursuivre nos actions de sensibilisation à la violence ordinaire sans céder aux comparaisons ? J’imagine que si, ne serait-ce qu’en France, chacun était en paix dans son cœur, aucun courant violent n’aurait pu s’implanter dans la tête de certains… Gandhi disait « Sois le changement que tu veux voir dans le monde », alors s’il vous plaît, ne cédez pas à la peur et la méfiance – la violence entraîne toujours la violence – persévérez dans la bienveillance.

« La haine tue toujours, l’amour ne meurt jamais. » (Gandhi)

Nous sommes dans une période de transition et comme tout changement, elle est difficile : les mouvements opposés se renforcent. Beaucoup s’éveillent alimentant le courant de Vie et d’Amour, mais simultanément les extrêmes se révèlent. Je ne suis pas étonnée et je n’abandonnerai pas. J’ai confiance car je compte sur tous ceux qui mettent leur cœur en paix pour créer l’équilibre. Einstein disait : « L’Amour est la seule et la dernière réponse. »