Billets du jour : 6 février 2016


[Extrait] Cessez d’être gentil soyez vrai !
T. d’Ansembourg – La délinquance

« La cause de la délinquance est principalement d’ordre affectif. »
Extrait de « Cessez d’être gentil, soyez vrai! » de Thomas d’Ansembourg :

LES JUGEMENTS ET ÉTIQUETTES ONT UN POUVOIR CONDITIONNANT.

La petite fille qu’on dit “difficile” au lieu de l’écouter, va s’imprégner de cette identité : ”je ne peux pas exister dans ma colère, je vais exister dans la vôtre”. Les jeunes en difficulté jugés “toxicomanes incurables, dangereux récidivistes…” se trouvent une identité opportune pour combler leur déficience identitaire et renforce leur comportement devenu l’unique façon d’être quelqu’un plutôt que rien.

“Tu sais, le juge m’a dit : vous finirez votre vie en taule. Et c’est vrai que quand je suis en taule, tout le monde me connaît, j’ai des copains et c’est moi le boss. Dans la rue, je suis rien, je ne suis personne, la honte ! la galère. Alors j’ai agressé une vieille devant un flic et c’était gagné ! Le jour même j’ai retrouvé mes copains.”

Les principes de droit (légal/ pas légal), moraux (bien/ mal), sociaux (normal/ pas normal), psychologiques (personnalité destructrice, en rupture) ne sont pas pertinents pour appréhender la réalité telle qu’elle est. Énoncer cela à une personne en manque d’amour, de sécurité affective et d’identité c’est creuser encore la distance affective. La seule façon de permettre à un coeur déchiré de se réconcilier avec lui-même et la société, c’est de l’écouter avec empathie, au bon endroit et avec tout le temps nécessaire. Sans doute en prenant les mesures permettant la sécurité des personnes, mais pas en l’enfermant derrière les barreaux en espérant une conversion miraculeuse…

Je suis déçu de constater que les sociétés ne croient pas encore à cela et continuent d’isoler des personnes qui ont souvent beaucoup plus besoin d’intégration, d’écoute, de rencontre et de la possibilité de trouver un sens à leur vie. Les principes pré-cités sont nécessaires mais cependant très rarement suffisants pour résoudre durablement et de façon vraiment satisfaisante les problèmes humains tels que la délinquance, dont la vraie cause est principalement d’ordre affectif.

Source : « Cessez d’être gentil, soyez vrai ! » de Thomas d’Ansembourg